mansuétude


mansuétude

mansuétude [ mɑ̃sɥetyd ] n. f.
• 1265; mansuetume 1190; lat. mansuetudo
Littér. Disposition à pardonner généreusement. bonté, indulgence. Juger avec mansuétude. « L'Église a des trésors de mansuétude pour le pécheur » (L. Bertrand). ⊗ CONTR. Rigueur, sévérité.

mansuétude nom féminin (latin mansuetudo, -inis) Littéraire. Disposition d'esprit qui incline à une bonté indulgente : Faire preuve de mansuétude à l'égard d'un coupable.mansuétude (synonymes) nom féminin (latin mansuetudo, -inis) Littéraire. Disposition d'esprit qui incline à une bonté indulgente
Synonymes :
- bénignité
- bonté
Contraires :
- implacabilité
- inclémence
- inflexibilité
- sévérité

mansuétude
n. f. Litt. Clémence, indulgence.

⇒MANSUÉTUDE, subst. fém.
A. — 1. Disposition morale qui incline à la douceur, la patience, au pardon. Synon. bénignité, bienveillance, bonté, débonnaireté, indulgence, miséricorde; anton. dureté, intransigeance, sévérité. La divine mansuétude; le Dieu de la mansuétude; mansuétude infinie; être plein de mansuétude; respirer la mansuétude; faire preuve de mansuétude. J'ai inséparablement uni l'humilité, la patience et la mansuétude par le feu de la charité (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. 173). Toute la Bible est un hymne à la justice, c'est-à-dire, selon le style hébreu, à la charité, à la mansuétude du puissant envers le faible (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 263):
♦ BROTONNEAU: (...) Je pardonne parce que je ne puis pas faire autre chose. WILLIAM: Je suis heureux, mon cher Brotonneau, de vous voir dans ces sentiments. Vous serez récompensé de votre mansuétude. Heureux les miséricordieux, le ciel leur fera miséricorde.
FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, 1923, I, 10, p. 7.
2. Indulgence excessive, faiblesse. — C'est un monastère trop débonnairement mené (...). — Avouez alors que cette mansuétude prouve la vertu de ces moines (...) dans le monde, une maison dirigée si débonnairement croulerait; et, ici, pourtant, tout marche (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 66). Nous avons été faibles; nous nous sommes rendus coupables d'indulgence. Nous avons trahi la République. (...) Robespierre lui-même (...) a péché par douceur, par mansuétude (A. FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 304).
B.Littéraire
1. P. méton. Manifestation de cette disposition. Elle regardait les papillons sur les fleurs, mais ne les prenait pas; les mansuétudes et les attendrissements naissent avec l'amour, et la jeune fille (...) a pitié de l'aile du papillon (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 102).
2. P. anal. Douceur, calme, sérénité. Mansuétude habituelle. Cette heure-là était d'obéissance, de confiance éparse. (...) il était pénétré de la mansuétude de cet instant nocturne (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p. 17). La maison l'accueillit dans son ombre paisible, son silence plein de fraîcheur et de mansuétude (CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 70).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694; ds Ac. 1694-1740 sans accent. Étymol. et Hist. Fin XIIe s. mansuetume (Sermons St Grégoire sur Ezechiel, éd. K. Hofmann, p. 35, 37); ca 1200 mansuetudine (Moralités sur Job, éd. W. Foerster, p. 364, 26); ca 1265 mansuetudes (BRUNET LATIN, Trésor, éd. F. J. Carmody, II, 34, p. 203). Empr. au lat. mansuetudo, -dinis «douceur, bonté, bienveillance», dér. de mansuetus «apprivoisé; doux, calme». Suff. pop. -ume (cf. amertume, coutume, enclume, v. NYROP t. 3, § 294), puis réfection sav. au moyen du suff. -tude (-itude). Fréq. abs. littér.:127. Bbg. MACK. t. 2 1939.

mansuétude [mɑ̃sɥetyd] n. f.
ÉTYM. V. 1265; mansuetume, v. 1190; mansuetudine, v. 1170; rare jusqu'au XVIIIe; lat. mansuetudo.
Littér. Disposition à pardonner généreusement. Bénignité, bienveillance, bonté, douceur, indulgence (cit. 9; → Gamme, cit. 12). || Mansuétude touchante qui gagne (cit. 32) le cœur. || Juger un forfait avec mansuétude (→ Complaisance, cit. 14).
1 (…) tout son visage, toute sa personne (…) respiraient une ineffable bonté. Elle avait toujours été prédestinée à la mansuétude; mais la foi, la charité, l'espérance, ces trois vertus qui chauffent doucement l'âme, avaient élevé peu à peu cette mansuétude jusqu'à la sainteté.
Hugo, les Misérables, I, II, II.
2 Vous êtes pleine de mansuétude. Moi, il y a des jours où la colère m'étouffe.
Flaubert, Correspondance, 1224, 14 nov. 1871.
3 L'Église a des trésors de mansuétude pour le pécheur.
Louis Bertrand, Louis XIV, III, IV.
CONTR. Inclémence, rigueur, sévérité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mansuetude — MANSUETUDE. s. f. Debonnaireté, douceur d ame, benignité. La mansuetude est une vertu Chrestienne …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Mansuetude — Man sue*tude, n. [L. mansuetudo: cf. F. mansu[ e]tude.] Tameness; gentleness; mildness. [Archaic] [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • mansuetude — index amenability, comity Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • mansuetude — (n.) tameness, gentleness, mildness, late 14c., from L. mansuetudo tameness, mildness, gentleness, noun of state from pp. stem of mansuescere to tame, lit. to accustom to the hand, from manus hand (see MANUAL (Cf. manual) (adj.)) + suescere to… …   Etymology dictionary

  • mansuetude — s. f. 1. Mansidão. 2. Docilidade …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • mansuetude — [man′swi to͞od΄, man′swityo͞od΄] n. [ME < L mansuetudo < pp. of mansuescere, to tame < manus, a hand (see MANUAL) + suescere, to accustom < IE base * swedh , custom > Gr ēthos] gentleness; tameness …   English World dictionary

  • mansuétude — (man su é tu d ) s. f. 1°   Douceur d âme sereine et inaltérable. •   Mon premier souci doit être de conserver au Christ son caractère de mansuétude, DIDEROT Salon de 1765, Oeuv. t. XIII, p. 225, dans POUGENS. 2°   Titre que l on donnait à… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MANSUÉTUDE — n. f. Douceur d’âme qui porte à être indulgent, patient, clément. La mansuétude est une vertu chrétienne. Un langage plein de mansuétude. Implorer la mansuétude du vainqueur …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • MANSUÉTUDE — s. f. Débonnaireté, douceur d âme, bénignité, patience. La mansuétude est une vertu chrétienne. Il n est guère usité que dans le langage de la dévotion …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • mansuetude — /man swi toohd , tyoohd /, n. mildness; gentleness: the mansuetude of Christian love. [1350 1400; ME < L mansuetudo tameness, mildness, equiv. to mansue , base of mansuescere to become tame, mild (man(us) hand + suescere to become accustomed) +… …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.